Pages Menu
TwitterFacebook
Categories Menu

Posted by on 10 Sep 2013 in Parrainage

Triste départ, Véronique nous a quitté !

Triste départ, Véronique nous a quitté !

L’ASBL Farnières-Haïti a l’immense tristesse de vous annoncer le décès de Véronique Lambert,survenu le jeudi 5 septembre 2013.Elle était membre du Conseil d’Administration, réalisatrice et coordinatrice du projet du parrainage de la scolarité des enfants de Thorland.Nous lui rendons hommage pour tout ce qu’elle a donné pour les timoun d’Ayiti.
Voici les témoignages rendus lors de la veille à Farnières et des funérailles à Malmedy.
Nous continuerons le projet dans le même esprit et la même dynamique.
Nous présentons nos sincères condoléances à son mari Ivan, à ses parents, sa famille et ses nombreux amis.
Ci joint les lectures de la présidente et du Père Ducange.

Véro,
Si je veux parler de toi c’est au travers d’Haïti que je peux mieux le faire…
Il y a plus de trois ans quand la terre tremble en Haïti, tu nous rejoins en disant moi aussi, je veux faire quelque chose… c’est le début de tout un programme, d’une belle aventure d’équipe.
Mais ce n’est pas possible Jakotte, ils sont fous … . C’est pas organisé, je n’arrive pas à joindre Père Ducange et Réginaldo qui ne répond … c’est le bazar et la rentrée des classes c’est pour demain, l’argent n’est pas encore arrivé……
C’était il y a 3 ans quand l’ASBL a lancé le parrainage scolaire pour 100 enfants, tu as pris ce projet à cœur et du « pas possible » tu en as fais du possible.
8000km de distances et 8000 bonnes raisons pour orchestrer de main de maitre tout le dossier de la scolarité des jeunes … déchiffrer le nom et le prénom de l’enfant, établir les contrats pour l’éducateur et le professeur de l’école de devoirs, contacter les parrains et les marraines, répondre à leurs questions,
Lire et relire, convertir les gourdes en dollars puis en euro, additionner, multiplier, photocopier, agrafer, désagrafer, envoyer le bulletin ou le courrier aux parrains et marraines, faire le relevé des paiements, et encore et encore. Pas question de demi-teinte, tu connaissais tous les prénoms des enfants et de chaque enfant tu avais une photo accrocher au mur de ton bureau, tu connaissais ce dossier par cœur, …par cœur.
Même en s’entrainant pour les 20km de Bruxelles, tu nous parlais d’eux, tu ne perdais pas une minute pour que tout se passe bien, tu voulais le mieux.
Ton rêve était de retourner en Haïti pour faire personnellement connaissance avec chaque enfant. En avril de cette année tu as su le réaliser.
Complicité, audace, courage, persévérance, amour et foi, tels sont les ingrédients de ta recette.
Il me reste à faire un tour du lac de Coo pour y respirer toute cette amitié, toute ta force … allez Jakotte, on y va !
Mesi ma che, Mesi anpil pou tou sa ou te fè pou tout moun
Au revoir belle amie…
Jacqueline

HAITI, 9 Septembre 2013

Bien chère Véro,
Ordinairement marquée par de petis et grands événements, notre vie se trouve tout à coup ébranlée par le départ de cette vie de quelqu’un que nous aimons. Même si ta mauvaise santé nous préparait à l’événement de ce jour, il reste que le moment de ta mort me surprend, me trouble. Cependant, il me porte à apprécier la vie à laquelle tu t’accrochais tant, et nous avec toi, avec un regard de plénitude.
Dans le dernier courrier reçu de toi, après ton dernier voyage en Haïti, tu m’écrivais ceci: “Je tenais juste à te remercier pour ce que tu es pour moi, pour ton soutien, ta présence (même à distance). Tu m’apportes énormément!… Je vais m’accrocher à la vie par tous les moyens. Je compte sur toi pour en faire autant et bien prendre soin de toi. KEMBE FEM, A bientot”.
Véro, Zanmi mwen, et petite soeur, je te remercie de ces paroles qui donnent raison d’exister. Merci de m’avoir choisi comme un ami, un frère que tu appréciais, au-delà des océans de préjugés de race, de couleur, de pauvres ou de riches, mais tout simplement en vertu de ce qu’est la personne, et comme tu me le disais souvent, par ses idées, ses actions en faveur des autres. Sincèrement, j’en dis autant pour toi maintenant.
Véro, Ayiti Cheri et ses enfants que tu chérissas, te remercient et admirent en toi, ton goût à la vie, ta force de lutter, ta bonté contagieuse, ta générosité bienveillante, ta joyeuse presence, ton courage de vaincre malgré d’une part, les limites inhérentes à toute condition humaine et d’autre part, les surprenants aléas de la vie elle-même.
Femme admirable, ta vie a été un don pour nous tous. La distance ne t’a pas empêché de penser à nous, de servir les enfants démunis en quête d’éducation en organisant le parrainage de l’ASBL FARNIERES-HAITI, car tu croyais et nous croyons avec toi que le chemin de l’avenir de quiconque passe à travers l’éducation.
NAN NON CHAK TI MOUN SA YO, MESI ANPIL. NOU PAP JANM BLIYEW.
Puis-je te dire MERCI pour ce que tu es, là où tu es maintenant, et pour ce que tu as été pour nous au cours de ces années parcourues ensemble en portant les projets qui inspiraient joie et espérance à plus d’un. Rien n’effacera ton souvenir dans notre coeur car avec toi, nous avions appris que l’amitié est une richesse insondable qui transcende le temps et l’espace et que même ton passage vers l’autre vie ne saurait altérer.
Véro, en tant que ton ami prêtre, je ne saurais limiter la vie en l’enfermant dans les cadres étroits du visible. Mes humbles prières t’accompagnent dans cette nouvelle vie que tu commences où la souffrance n’aura aucune prise sur toi. Ta mort nous afflige, mais je crois que ta vie est transformée.
J’en profite pour presenter, en mon nom personnel et au nom de tous ceux qui ont connu Véro en Haiti, à Ivan son courageux époux, aux parents, aux membres de l’ASBL FARNIERES-HAITI, à tous ceux qui sont affligés par ton départ, mes sincères condoléances.

VERO, Ayiti cheri ap diw mési. VERO, NOU PAP JANM BLIYE W,
Ede nou kenbe fèm pou nou pa janm lage!
MESI ANPIL, ALE NAN KE KONTAN!

Didi. (P. Ducange)