Pages Menu
TwitterFacebook
Categories Menu

Posted by on 19 Juil 2014 in News, Séjour

Fort-Liberté, séjour des agronomes

Fort-Liberté, séjour des agronomes

Après maintes heures de voyage au-dessus de l’Atlantique, nous avons mis les pieds sur la terre Haïtienne vendredi soir. Le temps d’arriver en camionnette au centre salésien et d’avoir un avant-goût de la vie à Port-au-Prince, il faisait déjà noir. Nous avons été chaleureusement accueillis par l’ensemble des membres, en chanson et par un repas typique (riz-sauce-pois qui nous est désormais extrêmement familier).
Le lendemain, nous avons pu découvrir les rivages des Caraïbes en accompagnant les enfants du parrainage pour passer une première journée détendue pour nous familiariser avec le climat. Un exemple de leurs nombreuses preuves d’hospitalité : ils ont pris la peine de déplacer un téléviseur à la mer pour que nous puissions regarder le match Belgique-Argentine ; ambiance au rendez-vous !
Dimanche fut bien évidemment le jour de la cérémonie religieuse, bien animée musicalement. Nous avons ensuite chargé dans un camion le matériel d’irrigation ; ce ne fut pas une mince affaire de nous habituer à travailler sous de telles températures. Pour profiter une dernière fois de la capitale avant notre départ matinal pour Fort-Liberté, nous avons visité le centre pour ensuite découvrir les hauteurs de la ville et admirer le panorama autour d’un verre en terrasse.
Le périple pour Fort-Liberté commence enfin. Après s’être levé de bon matin (4heures) pour profiter des fraîcheurs de la matinée, nous crevâmes après trois rues. Les réparations à la haïtienne nous permirent de reprendre la route après une heure. Pause bananes. Deuxième crevaison, notre chauffeur Johnny emploie les grands moyens et change la roue lui-même. Vers onze heures, nous prenons un petit déjeuner (composé de chèvre, spaghetti, bananes plantin et riz-sauce-pois) dans un village et réparons notre pneu de secours. Nous reprenons la route : pause cacahuètes, pause bananes. Notre trajet s’achève vers quinze heures : ce fut crevant… Mais notre aventure ne fait que commencer !

Après avoir pris connaissance du terrain lundi soir et avoir eu une vue d’ensemble du travail à accomplir, nous avons commencé à creuser mardi de bon matin avec une extrême motivation la tranchée de 50 cm de profondeur et de 365 m de long qui part de la pompe en direction de la mer. En se relayant entre la houe, le râteau, les bêches, les pelles et les pioches, et aidés de nos amis agronomes haïtiens, elle prit bientôt forme et nous pûmes bientôt démarrer l’installation des tuyaux. Nous prîmes l’habitude de nous lever à cinq heures pour profiter au maximum des premières heures de l’aube mais la motivation reste au beau fixe malgré les deux rhumes (incompréhensibles…) et la myriade de piqûres!

Entre les différentes périodes de travail, nous avons eu l’occasion de visiter ensemble le centre ville mais également les plus petites rues pour avoir une idée du mode de vie des Haïtiens, d’aller jusqu’au fort donnant son nom à la ville, de profiter de la mer bien chaude, et de découvrir le marché très animé avec une foule de petites commerces en tous genres.

Troisième jour : nous sommes arrivés à nonante mètres.