Pages Menu
TwitterFacebook
Categories Menu

Posted by on 10 Juil 2010 in News, Séjour Juillet 2010

Chronique du 8 au 10 juillet

Les voyageurs 2010 sont arrivés à Fort-Liberté ce vendredi 09 juillet vers 19 hr, après 10 hr de car ou 300 kms et 10 hr d’avion.
Jeudi 08 juillet

A l’aéroport de Port au Prince, nous avons été accueilli par les abbés Marc Antoine Philomé Nous sommes arrivés à Pétionville vers 20 hr(heure haïtienne soit 3hr du matin heure belge) après avoir traversé une ville de Port-au-Prince grouillante d’activités et de circulation. Il nous a fallu plus d’une heure pour parcourir les 20 kms.

A l’arrivée chez les pères Salésiens à Pétionville, le père Lamark nous a accueillis et nous a indiqué le local dans lequel nous pourrions nous installer avec les locaux sanitaires adjacents. Nous avons pu ensuite partager le repas que la communauté nous avait préparé. Après le souper, chacun a pu prendre une bonne douche froide pour se rafraîchir avant de prendre un bon sommeil réparateur. Il ne fallut pas plus de 15 minutes avant de ne plus entendre que des ronflements et ce malgré les nombreux bruits de la ville toute proche. Il faut dire que, si certains avaient dormi depuis le départ à 3h30 belge, ce n’était que quelques heures.
Vendredi 09 juillet

Dès 6hr du matin, l’équipe au complet se réveillait, à nouveau, aux bruits de la ville ; klaxons, cris, moteurs …. Le centre se trouve au cœur d’un quartier très actif. Nous avons rapidement rangé nos bagages et pris un rapide petit déjeuner, certains ont même trouvé le temps d’aller à la messe des Salésiens qui en a marqué plus d’une. Le départ pour Port-au-Prince était fixé à 8hr. Après avoir remercié chaleureusement la communauté des pères Salésiens pour leur accueil, nous avons chargé une partie des bagages sur le toit du petit car et nous avons embarqué. Les pères sont venus encore nous offrir une quantité importante d’eau, de jus et de Sprite ainsi que de la nourriture pour la journée. Nous avons été vraiment gâtés. Les grilles de la cour du collège se sont ouvertes et le car a quitté le centre en oubliant Elisa et Camilla qui avaient eu soudainement un besoin pressant. Quand elles sont sorties des toilettes elles ont vu le car quitter la cour et se sont retrouvées au beau milieu des étudiants en récréation. Le car avait d’ailleurs dû sortir de la cour à cause de la récréation. Elisa et Camilla se sont donc mêlées à la population pour venir nous rejoindre mais encadrées par les pères Lamark et Marc Antoine. Quelle joie d’avoir un car climatisé pour faire cette route vers Fort-Liberté! Nous petits Belges nous apprécions un peu le confort !!!

Pour nous accompagner, nous avons toujours les abbés Marc Antoine, le père Ricardo et Philomé, qui profite du car pour se rendre à Cap-Haïtien. Nous traversons une autre partie de Port-au-Prince, aussi animée que la veille, et nous constatons les premiers dégâts causés par le séisme. Il y avait beaucoup d’émotions dans le car. Nous avons pu apercevoir les premiers camps de réfugiés. La route est longue et carrossable avec des parties bien asphaltées mais d’autres parties sont plutôt des pistes que des routes. Nous nous arrêtons à Gonaive une autre école Salésienne pour y déposer le père Ricardo et profiter de cet arrêt pour couper notre faim. Nous découvrons beaucoup de villages ou de villes et nous constatons toujours la même pauvreté sans apercevoir une tristesse dans les yeux des gens. Nous découvrons vraiment le pays et nous n’avons pas assez d’yeux pour tout voir. Les appareils photos crépitent et les commentaires fusent dans le car mais avec un grand respect des gens. La plupart des participants ont des gestes d’amitié vers la population et à une station service nous partageons notre repas avec des enfants qui nous font de splendides sourires.

Après avoir déposé Philomé à Cap Haïtien nous arrivons à Fort-Liberté vers 19 hr. Nous sommes accueillis avec un beau chant Haïtien interprété par les jeunes éducateurs et le père Sonel. Chacun des jeunes nous accueille en nous remettant un tee-shirt en amitié. Les moustiques nous accueillent également mais leurs chants semblent moins appréciés. Le père Sonel nous montre nos 3 chambres et nous nous installons en n’oubliant pas les moustiquaires. Vers 21 hr, nous partageons un premier repas avec nos hôtes qui nous offrent un punch assez corsé en guise d’apéro. Au repas, sardines en sauce, cabri grillé, salades, riz et comme dessert des mangues que nous avions achetées en cours de route, tout cela accompagné d’une bonne bière Prestige. Après le repas, nous souhaitions tous reprendre une douche froide avant le sommeil mais nous avons dû rapidement nous rendre compte que la réserve d’eau était vite épuisée. Seulement 2 ou 3 personnes ont eu le privilège. Mais la poussière de la journée n’a pas empêché de trouver le sommeil et chacun s’endormit rapidement.
Samedi 10 juillet

Ce samedi matin, nous avons, pour la plupart découvert une autre forme d’eau courante. Prendre un seau, descendre un étage plus bas, puiser dans une citerne et remonter dans la chambre, prendre sa douche avec l’équivalent de 3 bouteilles de 33cl pour une personne normalement constituée et 4 bouteilles pour les plus enveloppés ou pour des cheveux un peu plus longs. Nous pensons qu’il nous faudra grignoter une heure sur notre sommeil pour cette nouvelle pratique si nous devons respecter l’horaire imposé.

Dès 9hr, nous avons fait connaissance avec les animateurs haïtiens ; échanges sur le programme d’activités, visite du centre et préparation des différents ateliers. L’école, tout en étant relativement jeune, est en pleine expansion. Ecole primaire, école secondaire, école supérieure d’infirmière et école normale. Le père Sonel souhaiterait ouvrir prochainement 7 sections techniques. Les constructions sont en cours de parachèvement. La première section agricole devrait ouvrir en octobre.

Pour le groupe, Pierre Dominique