Pages Menu
TwitterFacebook
Categories Menu

Posted by on 24 Juil 2010 in News, Séjour Juillet 2010

Chronique du 21 au 24 juillet

Mercredi 21 juillet

Avec une bonne petite bière haïtienne « La Prestige », je viens vous retrouver pour continuer à vous raconter nos aventures.

Ce matin, comme d’habitude et ce malgré la fête nationale, nous reprenons l’animation de nos différents groupes.

En début d’après-midi, les jeunes animateurs belges apprennent les différentes techniques d’animation aux haïtiens. Il faut dire que dans une semaine, nous aurons quitté le centre et ils devront reprendre la main totalement.

Vers 16hr, cela doit être en rapport avec la fête nationale, nous trouvons un nouvel invité à notre programme : la pluie tropicale qui nous accompagnera jusqu’en soirée. Ceci bouleverse quelque peu la suite de la journée mais nous nous organisons en conséquence. Certains s’acharnent à récupérer cette eau qui nous tombe du ciel en plaçant des récipients à différents endroits, d’autres prennent une bonne douche naturelle, d’autres se reposent ou jouent à un jeu de société. Il faut également penser à racler à l’intérieur car il y a peu d’étanchéité sur les bâtiments et l’eau rentre un peu partout. Nous pensons en même temps à tous ces villageois qui sont sur la terre battue avec l’eau qui pénètre parfois dans les maisons.

Au souper, nous célébrons le 21 juillet à notre façon. Jacqueline remet au père Sonel un drapeau Belge et nous chantons la Brabançonne accompagnés de Pierre-Yves à la trompette. Nous prenons un petit apéro et comme dessert Jacqueline offre à chacun de nous un morceau de chocolat belge qui nous relie à notre mère patrie.

La nuit est nettement plus agréable car la t° doit être descendue de quelques degrés après cette averse.
Jeudi 22 juillet

Aujourd’hui anniversaire de Sarah que nous célébrons déjà depuis l’heure Belge soit 17 hr le 21 juillet.

Le matin, animation comme d’habitude avec toujours les 500 repas de midi que nous offrons aux jeunes. Il faut voir l’organisation car il n’y a qu’une centaine d’assiettes et de couverts. A côté de la distribution du repas il y a une chaine de nettoyage de la vaisselle avec +/- 8 animateurs.

En 01h00 les repas sont servis et la vaisselle terminée. Malgré les parts de nourriture relativement copieuses, il ne reste rien dans les assiettes. Ils mangent vraiment de bon coeur et on peut lire dans leurs yeux la joie de recevoir ce repas.

C’est aussi pour Alberte et Christiane la visite de l’hôpital de Fort Liberté… inimaginable, désolant,… pas d’autres mots.

Une phrase glanée dans le texte écrit par Alberte dans le Journal de Bord : « Pas d’eau courante, pas de toilettes, sur certains lits pas de draps. Le matériel de soin est complètement dépassé. Aux urgences certains patients sont soignés à l’extérieur par manque de place.-. »

L’après-midi, certains décident de se rendre à la mer pour se baigner. Une autre partie, dont moi-même, souhaitons aller au marché à Fort-Liberté. Quand nous traversons le village, plusieurs enfants courent vers nous pour nous dire bonjour et les parents nous montrent des signes d’affection.

En chemin nous tombons sur une procession d’enterrement. Tous les participants étaient très bien habillés, il y avait même une fanfare qui accompagnait le cortège. Les musiciens avaient une démarche particulière entre la danse et la marche.

Nous sommes arrivés au marché couvert. Une quinzaine de femmes vendaient des marchandises de toutes sortes mais vraiment en très petite quantité. Une personne vendait des clous, classés par grandeur et il y en avait peut-être une vingtaine de chaque sorte, parfois rouillés. Une autre vendait des chaussures placées en vrac sur une table.

Au retour, nous avons acheté une brouette pour le centre. Il n’y en a qu’une assez vieille sur le site et vu le nombre de déchets à ramasser…

Le soir, le père Sonel avait décidé de célébrer une Eucharistie pour le groupe et spécialement pour Sarah. Après cela, nous avons partagé le repas avec les animateurs et des jeux étaient organisés pour Sarah. Je pense qu’elle n’oubliera pas cette soirée de sitôt !
Vendredi 23 juillet

Lever un peu plus difficile pour chacun vu l’animation de la veille… Il y avait peu de monde à la gymnastique matinale. Petit-déjeuner avec du maïs pilé salé et aromatisé avec différentes herbes, assez surprenant mais pas mauvais !

A 9 hr, nous nous retrouvons tous à nos différents postes pour les animations. A la fin de notre animation, les organisateurs viennent nous annoncer que c’était notre dernier jour car lundi il y aura une fête d’adieu pour notre départ de Fort-Liberté. Nous sommes tous un peu déçus et même frustrés. IL restait encore tant de choses à faire.

Après le repas de midi, les jeunes souhaitent refaire une réunion du groupe ou chacun peut s’exprimer dans l’écoute des autres. Chacun partage aussi ses impressions par rapport à la situation en Haïti que nous vivons et c’est très enrichissant.

Après cela, la plupart décident d’aller se baigner. L’eau est toujours à plus de 30° mais le ciel et l’orage menacent. Quand la pluie se met à tomber, nous avons même, pour la première fois en Haïti une sensation de froid.
Samedi 24 juillet

Le père Sonel nous propose aujourd’hui d’aller visiter la région de Trou du Nord, son village natal.

Nous nous entassons tous, animateurs haïtiens et belges, dans les 2 véhicules mis à notre disposition, 18 dans la camionnette 14 places, 15 dans la benne du Pick-up et 6 dans la cabine.

Nous traversons la petite ville de Trou du Nord et nous partons dans les campagnes au relief assez accidenté dans une végétation luxuriante. Nous nous arrêtons pour visiter l’église de Ste-Suzanne, village de 18.000 habitants perdu dans la nature. Quand nous sommes arrivés là-bas, nous pensions que le village ne faisait pas plus de 500 habitants ! Nous visitons avec le curé de la paroisse un petit jardin horticole destiné aux paysans de la région pour leur apprendre à cultiver la terre. Le chemin est assez difficile et nous devons passer au-dessus d’un ruisseau ce qui n’est pas des plus aisés pour certains.

Au retour, nous nous arrêtons à la maison familiale du père Sonel. Assez belle demeure dans le centre du village. Nous comprenons un peu mieux l’engagement du père. Il est tombé dedans quand il était petit ! Son papa était maire et sa maman fort engagée dans des mouvements à la paroisse.

Comme il est passé 13 hr, le père Sonel nous propose de prendre un repas dans un restaurant. En guise de restaurant, nous nous retrouvons au bord de la route où quelques personnes cuisent du riz et du poulet. Nous recevons ce mets dans un bac en frigolite . Nous dégustons ce plat, toujours très bien cuisiné, debout ou assis dans les véhicules.

Après cela, nous nous rendons à « Bord de mer de Limonade » pour prendre un bon bain de mer. La mer est bonne mais la plage est vraiment très sale. Au retour, nous visitons encore le village de Caracole où C. Colomb aurait échoué avec la Santa Maria.

La journée fut riche en découvertes et pleine d’espoir. Nous pensons vraiment qu’il y a un potentiel dans le pays mais le travail sera très très long : culture, élevage, pêche, marais salins, tourisme, construction…